Série « Addis Ababa »

La publication dans ce billet de cette très intéressante carte montrant le Pavillon de la Reine au palais du Roi des rois est l’occasion non seulement de s’interroger sur l’auteur de la photographie et l’éditeur de cette carte postale (une seule et même personne ?), mais aussi de visiter un ensemble de cartes dont la facture, la mise en page comme la composition des images, certaines caractéristiques techniques : l’existence de légendes et de titres de séries imprimés en rouge, ou la typographie utilisée au dos des cartes, permettent d’établir des rapprochements sinon des liens entre elles.

Ces cartes, outre leur intérêt propre, sont aussi, pour certaines, le support de messages qui concernent tant le chemin de fer que l’histoire de plusieurs personnages, comme Ilg et Toselli, dont j’aurai l’occasion de parler dans de prochains billets.

palais_de_lempereur

Coll. Serge Dewel

Il existe plusieurs séries de cartes avec des légendes rouges, mais je commencerai à rebours, avec un ensemble de 7 cartes, qui sont les dernières que publie leur auteur présumé, du temps où il vécut en Éthiopie entre 1901 et 1918.

Car Jean Adolphe Michel, puisque je présume qu’il est l’auteur de ces images — manière d’engager le débat —, publiera ultérieurement une dernière série de cartes éthiopiennes, quand il sera installé en France, à Nice, au début des années trente (voir L’Abyssinie d’Autrefois 123 et 4), bouclant ainsi un parcours qui a commencé à Harar en 1904 avec la confection des toutes premières cartes postales illustrées réalisées en Éthiopie par un Européen.

Où ont été imprimées ces 7 cartes nommées « Addis Ababa » ?  Je l’ignore. Il n’y aucune mention d’éditeur. On relève plusieurs fautes d’orthographe, et le nom de la capitale est écrit : Addis Ababa, ce qui est la version anglophone du mot.

En octobre 1906, Jean Adolphe Michel quitte Harar et s’installe à Addis Abeba. Il est nommé directeur des Postes éthiopiennes par Alfred Ilg, en remplacement de Mühle qui est mort de la petite vérole. C’est Ilg déjà qui avait fait venir Michel en Éthiopie en 1901, par l’intermédiaire de Brodbeck qui travaillait au Télégraphe à Bâle, pour remplacer Wullschleger, un premier postier suisse établi à Harar, qui s’était suicidé. Les oblitérations connues sur les cartes « Addis Ababa » sont toutes postérieures à l’arrivée de Michel à Addis.

Elles représentent des sujets manifestement photographiés dans la ville : Au marché ; Marché aux hardes ; Consulat français ; Marchants [sic] ; St Rakuel Antoto et Palais de l’empereur, dont il a été question dans deux précédents billets. Quant à « Dance [sic] des tueurs des éléphantes » (pourquoi éléphantes ?) dont j’avais déjà eu l’occasion de parler ici, cette carte ayant été envoyée dans le Pas-de-Calais par un membre de la mission Ozil, elle peut, sa photo, avoir été prise à Addis.

Une autre série de 9 cartes intitulée « Souvenir de l’Abyssinie » ressemble par sa facture et ses légendes rouges à la série « Addis Ababa ». Toutefois, les sujets photographiés comprennent des scènes qui ont pu être prises à Harar ou près d’Harar et certaines oblitérations, selon Ulf Lindahl, datent de 1905, donc avant l’installation de Michel à Addis Abeba. De ces « Souvenirs de l’Abyssinie », je parlerai une autre fois.

Souvenir-Abyssinie-4

De même, j’examinerai d’autres cartes plus anciennes, légendées en rouge, explicitement marquées « Éditeur A. Michel, Harar » (18 cartes). Michel est depuis avril 1902 le responsable de la Poste d’Harar. En 1904, nous savons par une carte postale qu’il adresse à son frère Fritz, lequel travaille pour le Télégraphe à Berne, qu’il se fait envoyer un appareil et du papier photographiques. Ses cartes seront vendues à Harar, mais aussi à Djibouti.

Enfin, il faut encore mentionner deux autres séries qu’on peut rapprocher de cette production, qui s’intitulent « Djibouti » et « Souvenir de Djibouti » (dont Francis Falceto dénombre 3 et 6 cartes, respectivement).

Voici donc les 7 images de la série « Addis Ababa » :

ADDIS-ABABA_Au-Marche

Coll. Serge Dewel

vo-Au-Marche

Coll. Serge Dewel

danses-elephantes-recto-SM

Coll Serge Magallon

danses-elephantes-verso

Coll Serge Magallon

Serie-addis-ababa-JAM001

Coll. Hugues Fontaine

Serie-addis-ababa-JAM002

Coll. Hugues Fontaine

Serie-addis-ababa-JAM003

Coll. Serge Dewel

Serie-addis-ababa-JAM004

Coll. Serge Dewel

Marchants

Coll. Serge Magallon

addis-ababa-marchants

Coll. Serge Magallon

1238

Coll. Ulf Lindahl

1238b

Coll. Ulf Lindahl

palais_de_lempereur

Coll. Serge Dewel. Carte qui n’a pas voyagé.

Pour plus de détails sur la biographie de Jean Adolphe Michel, on se reportera à l’article d’Ulf J. Lindahl publié dans le Menelik’s Journal, Vol. 24, N° 4, oct-dec 2008. Je remercie Ulf pour son aide.

Les maisons de l’ingénieur Alfred Ilg en Éthiopie

REAF_HF

LES MAISONS DE L’INGÉNIEUR ALFRED ILG EN ÉTHIOPIE

Communication aux 4e Rencontres des études africaines en France

Jeudi 7 juillet, Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO)

65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris

Salle 407, atelier « Patrimoine, identité et mémoire dans la Corne », modéré par Serge Dewel (9:00 – 11:00).

planning REAF

Affiche_REAF

Zoomer dans une image : du point et du bougé

J’ai publié le 21 avril dernier la photographie du Pavillon de la reine (VMZ_800_22_004) en signalant que l’on voyait plusieurs personnages photographiés sur les marches du bâtiment : Fanny Gattiker-Ilg et un couple, les Gattiker, qui étaient également présents sur d’autres photographies du fonds Ilg. L’examen de ces occurrences est prétexte à examiner quelques autres photographies de la collection Ilg, avec l’aimable autorisation du musée d’ethnographie de l’Université de Zurich. Et de s’intéresser en particulier à ce qui se passe quand on entre dans les images.

Cette photographie est actuellement montrée en grand format (120 x 160 cm) au musée Arthur Rimbaud de Charleville-Mézières dans l’exposition Alfred Ilg Un Suisse en Abyssinie.

VMZ_800_22_004

Négatif noir et blanc sur plaque de verre au gélatino-bromure d’argent, format 9 cm x 12 cm. Photographie Alfred Ilg. VMZ_800_22_004. Avec l’aimable autorisation et © Musée d’ethnographie de l’Université de Zurich. Tous droits réservés.

personnages

VMZ_800_22_004 détail.

Sur une autre photographie, prise à l’intérieur du domicile des Ilg (chacun des époux Ilg est à une extrémité de la table), on retrouve la jeune femme à l’ombrelle, assise maintenant à la table des Ilg, avec trois autres hommes européens, dont un, barbu, qui rappelle celui qui se tient sur la plus haute marche du perron, avec un chapeau sur la tête. À la droite se tient un serviteur.

VMZ_800_22_013

VMZ_800_22_013. Avec l’aimable autorisation et © Musée d’ethnographie de l’Université de Zurich, Suisse (Völkerkundemuseum der Universität Zürich, Schweiz). Tous droits réservés.

On revoit la même jeune femme sur une autre photographie, un peu floue (la vue est prise en intérieur, donc avec une quantité de lumière moindre ; le photographe — peut-être Ilg lui-même, puisqu’il est absent cette fois de l’image — a pu faire bouger l’appareil en déclenchant la prise). Derrière se tient un autre personnage, debout, dont la silhouette évoque celle du jeune homme présent à droite des marches sur la photographie du Pavillon de la reine VMZ_800_22_004. Il a probablement pris le cliché précédent.

VMZ_800_22_014

VMZ_800_22_014. Avec l’aimable autorisation et © Musée d’ethnographie de l’Université de Zurich, Suisse (Völkerkundemuseum der Universität Zürich, Schweiz). Tous droits réservés.

J’ignore qui sont les trois hommes assis.

VMZ_800_22_013-detail

VMZ_800_22_013 détail.

On observera que le point est fait, derrière les personnages, sur un modèle réduit de locomotive posé devant la fenêtre qui intègre deux cadrans : une horloge, un baromètre (?) et un gyroscope (?).

horloge-VMZ_800_22_013

VMZ_800_22_013 détail.

Ce sont apparemment les quatre mêmes personnes que dans la VMZ_800_22_004 que l’on voit chevauchant dans un paysage d’Addis Abeba. Cette photographie est également présentée en grand format à Charleville-Mézières.

M4B

Avec l’aimable autorisation et © Musée d’ethnographie de l’Université de Zurich, Suisse (Völkerkundemuseum der Universität Zürich, Schweiz). Tous droits réservés.

On en retrouve trois devant la maison des Ilg, avec Fanny tenant une ombrelle. On sait grâce à la présence de l’Adérache clairement visible sur la colline du Gebbi que la photographie est postérieure à 1897 (je reviendrai une autre fois sur la datation de ce bâtiment).

VMZ_800_14_005

VMZ_800_14_005. Avec l’aimable autorisation et © Musée d’ethnographie de l’Université de Zurich, Suisse (Völkerkundemuseum der Universität Zürich, Schweiz). Tous droits réservés.

detail VMZ.800.14.005

VMZ_800_14_005 détail.

Enfin, une image du fonds Ilg, légendée par Fanny, la fille d’Alfred Ilg donne un élément de réponse : « Herr und Frau Ilg. Otto Gattiker u. Frau. Ca 1900, Addis Abeba Foto Ilg. » Il s’agit du frère de Fanny Gattiker-Ilg, l’épouse d’Alfred Ilg.

VMZ_346_04_047_web

VMZ 346.04.047. Avec l’aimable autorisation et © Musée d’ethnographie de l’Université de Zurich, Suisse (Völkerkundemuseum der Universität Zürich, Schweiz). Tous droits réservés.

VMZ_346_04_047_web_detail

VMZ 346.04.047 détail.

Un troisième grand tirage montré à Charleville-Mézières suggère un autre type d’exploration, pour le plaisir et la curiosité : découvrir ce qui est déposé sur les tables du roi (il existe cinq images du dîner dans les appartements du roi) et des Ilg : boissons, friandises…, ces délicatesses offertes lors d’une réception. De quoi disposait-on à Addis Abeba à la fin des années 1890 ?

VMZ_346_22_060

VMZ 346.22.060. Avec l’aimable autorisation et © Musée d’ethnographie de l’Université de Zurich, Suisse (Völkerkundemuseum der Universität Zürich, Schweiz). Tous droits réservés.

Ces deux séries de photographies montrant l’intérieur de la résidence du roi et celle du salon de la maison des Ilg offrent toutes deux des images d’une intimité en représentation. Elles témoignent en particulier pour les images du salon du roi de la remarquable familiarité qu’avait Alfred Ilg avec Ménélik et il est amusant de constater que, dans des conditions de lumière similaires, Ilg a su capter dans les appartements du roi une atmosphère moins guindée que chez lui, saisir des personnages qui semblent moins poser pour la photographie qu’être saisis sur le vif.

De l’utilité des pronoms personnels et des déterminants

jassure-le-depart

Coll. H FONTAINE

En prélude à la Foire internationale de la Photo qui se tient ce week-end à Bièvres (elle existe depuis 1964), j’ai retrouvé hier soir un de mes « fouineurs », qui m’a présenté un lot de plaques de verre stéréoscopiques provenant du même vendeur que celui auquel j’avais acheté il y a un an un lot dont j’avais extrait cette image insolite du roi Ménélik II visitant un chantier du chemin de fer près d’Addis Abeba en 1906 (alors que la construction de la voie ferrée s’était arrêtée en 1902 à Diré-Daoua). Communication présentée à Varsovie, ICES19, été 2015.

AbyssinieMénélik-II-Empreur-dEthiopieen-visite-chantier-chemin-de-fer.1897-13

Visite de Ménélik au chantier du chemin de fer, près d’Addis Abeba (fin 1905 – début 1906). Coll H FONTAINE.

Le lot est plus riche et de meilleure qualité que celui de l’an passé. J’y trouve quelques plaques négatives de positifs que je possède déjà. Et l’inverse, en plus grand nombre : des positifs légendés issus de plaques négatives dont je n’avais pas réussi à identifier le sujet.

Et puis, surtout j’y trouve une image que je connais bien, présente dans le fonds Alfred Ilg du musée d’ethnographie de l’Université de Zurich, mais cette fois légendée : « A Horfalé. J’assure le départ ». Et une autre, que je découvre, et dont la légende : « Ma 1re antilope » permet d’établir que celui qui pose le pied sur ce gibier est, sinon l’auteur précisément de ce cliché, pris en l’occurrence par un tiers, du moins celui de la série de ces images. Hypothèse que corrobore la légende de la première photographie qui permet elle aussi, par la présence cette fois du pronom à la première personne (« J’assure »), d’établir que ce personnage est l’auteur du « reportage photographique ».

ma1ereantilope

Coll. H FONTAINE

La découverte est d’importance, car elle remet en question le contenu même du fonds du musée de Zurich, cette photographie étant considérée jusqu’ici comme une photographie prise par Alfred Ilg. Ceci confirme une fois de plus ce que je pense depuis quelques temps : le fonds Ilg réunit des photographies prises par l’ingénieur lui-même et d’autres conservées ou acquises par lui dans des circonstances qui restent encore indéterminées.

Ceci démontre une nouvelle fois, s’il était besoin de le redire, l’importance de pouvoir croiser les fonds iconographiques afin de parfaire l’étude de l’un d’entre eux. Cela dit bien l’importance de pouvoir disposer librement d’un accès en ligne aux collections publiques et tout l’intérêt d’accéder à des fonds privés.

27 mai 1891

Depuis l’ouverture de l’exposition ALFRED ILG. UN SUISSE EN ABYSSINIE à Charleville-Mézières samedi dernier, je lis Rimbaud : ses œuvres d’abord, sa correspondance et, ce qui est indissociable, je regarde, en rapport avec ses écrits, sa biographie. Le 27 mai 1891, à l’hôpital de la Conception de Marseille, Arthur Rimbaud est amputé de la jambe droite.

Le 30 mai, il écrit au ras Mékonène, gouverneur du Harar :

Excellence,

Comment vous portez-vous ? Je vous souhaite bonne santé et complète prospérité. Que Dieu vous accorde tout ce que vous désirez. Que Dieu vous accorde tout ce que vous désirez. Que votre existence coule en paix.

Je vous écris ceci de Marseille en France. Je suis à l’hôpital. On m’a coupé la jambe il y a six jours. Je vais bien à présent et dans une vingtaine de jours je serai guéri.

Dans quelques mois je compte revenir au Harar, pour y faire du commerce comme avant, et j’ai pensé à vous envoyer mes salutations.

Agréez les respects de votre dévoué serviteur

RIMBAUD.

Ce tableau de Joseph Garibaldi, signalé par Jacques Bienvenu dans son blog, montre le vieux port de Marseille tel qu’a pu le voir Arthur Rimbaud lors de ses voyages.

vieux port

Joseph Garibaldi, « Effet d’orage sur le Vieux-Port », DR Fondation Regards de Provence.

Alfred Ilg à Charleville-Mézières

vernissage1

© Serge Dewel, 2016.

L’exposition ALFRED ILG. UN SUISSE EN ABYSSINIE a été inaugurée samedi à Charleville-Mézières. Elle est visible jusqu’au 2 octobre 2016, à l’Auberge verte, salle des expositions temporaires du musée Arthur Rimbaud, juste à côté du moulin (entrée gratuite).

Elle est produite par la Ville de Charleville-Mézières — Musée Arthur Rimbaud, en partenariat avec le musée d’Ethnographie de l’Université de Zurich, et l’ambassade de Suisse en Éthiopie. Avec le concours du Centro di Ricerca e Archiviazione della Fotografia, Spilimbergo et de de l’Eidgenössische Technische Hochschule, Zürich. Avec la participation de Bernhard Ilg, Felix Ilg, la famille Chefneux, Serge Dewel, Francis Falceto, Serge Magallon, Elisabeth Biaso, Peter Gerber, Ulf Lindahl.

Scénographie et montage : Hugues Fontaine assisté par l’équipe scientifique du musée, Carole Marquet-Morelle, David Nicolas et Laetitia Dehoul ainsi que par l’équipe technique du musée, Jean-Marc Dumay, Youcef Mezrara. Avec la participation des services de la Ville de Charleville-Mézières et d’Ardenne Métropole (Centre Technique Bâtiment, Service Communication, Direction des services de l’Information). Production déléguée : Amarna Production.

Remerciements particuliers à Andrea Semadeni, Anne-Béatrice Bullinger, Laura Schweizer, Mareile Flitsch, Alexis Malefakis, Salomé Guggenheimer, Kathrin Leuenberger, Felix Ilg, Bernhard Ilg, la famille Zwicky, Alain Tourneux, Monica Bussmann, Serge Dewel, Serge Magallon, Francis Falceto, André Carénini, Prof. Bairu Tafla, Prof. Shiferaw Bekele, Walter Liva, Lara Zilli, Elisabeth Biaso, Peter Gerber, Hans Brunschweiler, Gregor Murbach, Christoph Kuhn, Fasil Giorghis, Éloi Ficquet, Alain Gascon, Marc Fontrier, Marie-José Tubiana, Wolbert G. C. Smidt, Séverine Dessajan.

Commissariat d’exposition : Hugues Fontaine.

exposition-CM-1w

© Hugues Fontaine 2016

exposition-CM-2w

© Hugues Fontaine 2016

exposition-CM-3w

© Hugues Fontaine 2016

exposition-CM-4w

© Hugues Fontaine 2016

Invitation en bord de Meuse. Alfred Ilg et Rimbaud

carton-web

La Ville de Charleville-Mézières, en partenariat avec le Musée d’Ethnographie de l’Université de Zurich, présente du 21 mai au 2 octobre 2016 une exposition retraçant les 28 années de la vie de l’ingénieur Alfred Ilg dans ce que l’Europe nomme alors l’Abyssinie, l’Éthiopie des hautes terres. ALFRED ILG. UN SUISSE EN ABYSSINIE.

Ilg et Rimbaud se rencontrent pour la première fois à Entotto au printemps 1887. Après quatre mois d’une marche éprouvante à travers les déserts et la montagne, Rimbaud est arrivé à Ankober, où il pense trouver le roi Ménélik II à qui il vient livrer la caravane de fusils et de cartouches dont la commande avait été passée à Labatut, mort entretemps. À Ankober, Rimbaud est en butte aux « soi-disant créanciers de Labatut », dont le nombre ne cesse de croître. Il gagne ensuite Entotto, où il se confronte à la malice du roi qui vient de prendre Harar et avec elle tout un arsenal d’armes modernes dont les Britanniques avaient pourvu la ville. Dans ces circonstances, Ménélik refuse de payer à Rimbaud le prix convenu pour des armes qu’il juge obsolètes et se déclare à son tour créancier de Labatut.  Alfred Ilg, qui a alors l’oreille du roi, prend la défense de Rimbaud et intercède en sa faveur.

Ilg retrouve Rimbaud à Aden en novembre 1888, alors qu’il se rend en Suisse. Tous deux partagent l’idée de construire pour le roi une fabrique de fusils et de cartouches. Tandis que Rimbaud reçoit une série de réponses contradictoires des autorités françaises auprès desquelles il a demandé l’autorisation d’importer ce matériel, et qu’il abandonne le projet, Alfred Ilg, lui, introduit en contrebande par Zeilah, les pièces d’une machine qu’il fait passer pour une presse monétaire. Montant au Choa, Ilg passe un mois et demi à Harar, hébergé chez Rimbaud, avant de réussir à rassembler une nouvelle caravane. Il convient avec son hôte d’être son correspondant sur les hautes terres et emporte avec lui, en plus des siennes, les marchandises de Rimbaud. Une correspondance commencée en janvier 1888, tandis qu’Alfred Ilg séjourne à Zurich, se poursuit jusqu’en mars 1891.

Lettre-Ilg-Rimbaud

Lettre autographe d’Alfred Ilg à Arthur Rimbaud, 23 août 1890, Antotto, MRMV – 278 (34).

De passage à Harar en juillet 1891, Ilg s’étonne de ne pas trouver Rimbaud, qui a quitté la ville pour se faire soigner à Aden. Ilg n’apprendra que plus tard la mort à Marseille de celui dont il ne savait rien de la vie passée – ce dont il informe Zimmermann et Appenzeller de façon très laconique dans une lettre du 9 mars 1892 : « Comme j’ai appris par M. Chefneux, M. Rimbaud et M. Deschamps sont morts ».

Le vernissage aura lieu le samedi 21 mai à 17h00 en bord de Meuse, dans la salle des expositions temporaires du nouveau Musée Rimbaud, l’Auberge verte. Commissariat : Hugues Fontaine.

Alfred Ilg. Un Suisse en Abyssinie 1878 – 1906

Affiche-Charleville

Le Musée Arthur Rimbaud de Charleville-Mézières présente du 21 mai au 2 octobre 2016 l’exposition : ALFRED ILG. UN SUISSE EN ABYSSINIE (commissariat Hugues Fontaine).

Salle des expositions temporaires de L’Auberge verte, Ile du Vieux-Moulin, entrée gratuite du mardi au dimanche, 10-12h et 14-18h.

L’exposition présente les vingt-huit années (1878-1906) que l’ingénieur suisse Alfred Ilg passa en Éthiopie, que l’on appelait alors en Europe : l’Abyssinie.

Sont exposées une soixantaine de photographies choisies parmi le millier de clichés que conserve aujourd’hui le Musée d’ethnographie de l’Université de Zurich et qui constituent le fonds Ilg. Les tirages sont produits à partir de nouvelles numérisations de la collection des plaques de verre négatives, réalisées par le musée à l’occasion de la commémoration du centième anniversaire de la mort d’Alfred Ilg.

Deux diaporamas offrent à voir aussi de très nombreuses plaques stéréoscopiques, ainsi que des photographies de quelques-uns des 600 objets ethnographiques qu’Alfred Ilg a rapportés d’Éthiopie (merci à Elisabeth Biasio et Peter Gerber).

Ces images viennent d’être montrées à Addis Abeba, au Musée d’Art moderne, en partenariat avec le Goethe-Institut dans une production de l’ambassade de Suisse en Éthiopie (commissariat Hugues Fontaine) : Alfred Ilg. L’Ingénieur et le Roi.

Addis

Addis Abeba. Vue sur le palais du roi (Gebbi) avec foule. N° inv : 800.07.005. Avec l’aimable autorisation et © Musée d’ethnographie de l’Université de Zurich.

On y verra aussi, ce qui n’avait pas été montré à Addis Abeba, 4 tables de documents originaux : gravures parues dans les journaux d’époque, mais surtout un ensemble remarquable de cartes postales (véritables cartes photographiques ou cartes reproduites le plus souvent par phototypie) qui complètent la représentation que nous pouvons nous faire tant du roi Ménélik II que des lieux que fréquenta Alfred Ilg.

Certaines m’ont servi dans le travail d’identification des photographies du fonds Ilg. Les lecteurs du blog en connaissent quelques-unes, qui ont fait l’objet de billets. Beaucoup sont inédites et valent, en plus des photographies de la collection Ilg, qu’on fasse le voyage.

Je remercie chaleureusement Serge Dewel, Serge Magallon, Francis Falceto et André Carenini, qui ont bien voulu prêter des cartes exceptionnelles qui s’ajoutent à celles de ma collection et enrichissent considérablement l’exposition.

Cie-du-Chemin-de-fer

« Arrêt d’un train dans les Plaines d’Abyssinie ». Carte postale reproduite en phototypie. E Lacour. Marseille. Coll. Serge Dewel.

Cie-du-Chemin-de-fer-vo

« Arrêt d’un train dans les Plaines d’Abyssinie » (verso). Plusieurs oblitérations, avril 1905. Coll. Serge Dewel.

Enfin, est évidemment évoquée la relation qui lia Alfred Ilg et Arthur Rimbaud entre leur première rencontre à Entotto lorsque Rimbaud vient livrer au roi les armes et munitions de la caravane Labatut au printemps 1887 et la dernière lettre qu’Ilg écrit à Rimbaud le 15 mars 1891 peu avant que Rimbaud ne quitte Harar pour Aden, où il s’embarquera pour Marseille, la jambe malade.

Ilg-a-Rimbaud

Lettre autographe d’Alfred Ilg à Arthur Rimbaud, 26 octobre 1889, Antotto, MRMV – 280 (24).

Le Pavillon de la reine

VMZ_800_22_004

Négatif noir et blanc sur plaque de verre au gélatino-bromure d’argent, format 9 cm x 12 cm. Photographie Alfred Ilg. VMZ_800_22_004. Avec l’aimable autorisation et © Musée d’ethnographie de l’Université de Zurich. Tous droits réservés.

Le processus d’identification des photographies du fonds Ilg prend du temps. Il nécessite de rassembler des informations à partir de la littérature disponible et de croiser d’autres sources iconographiques. La photographie inventoriée VMZ.800.22.004 en est un bon exemple. Il montre aussi comment l’étude d’une image conduit, par celle se son contexte, à d’autres découvertes.

Le cliché présente un bâtiment du palais impérial d’Addis Abeba (Gebbi) 1 aujourd’hui complètement disparu. On y voit, posant sur les marches, deux couples d’Européens, et trois Éthiopiens. Un Éthiopien, vêtu d’un shamma, porte une ombrelle. Les deux autres sont juchés sur le toit, à côté d’une échelle par laquelle ils ont vraisemblablement grimpé.

echelle

Les Européens sont, de gauche à droite, la femme d’Alfred Ilg, Fanny née Gattiker ; un couple désigné comme « les Gattiker »2  ; un homme portant moustache qui pourrait être Alfred Ilg, mais je ne le pense pas (il paraît plus jeune).

personnages

Le bâtiment est à cheval sur un mur d’enceinte, composé pour sa partie avant d’une structure en bois assez gracieuse et qui a manifestement une fonction de représentation, et pour sa partie arrière d’une pièce, pourvue de fenêtres3 . On accède à l’intérieur de ce pavillon par deux séries de marches qui poursuivent à droite et à gauche le perron où se tiennent les personnages. En éclaircissant la partie sombre de cette photographie, on découvre un espace qui précise la fonction de représentation déjà pressentie : il s’agit d’une terrasse équipée d’un garde-corps en bois ouvragé qui permet de se tenir debout tourné vers l’extérieur ou d’être vu.

perron

Une carte postale donne à voir ce même pavillon, mais photographié sous un autre angle, ce qui permet de découvrir un deuxième bâtiment en arrière-plan, à demi dissimulé par une haie d’arbres. Les légendes, imprimées en rouge, disent : « Addis Ababa. Palais de l’empereur ».

palais_de_lempereur

Carte postale. Addis Ababa. Palais de l’empereur. Photographe, date et éditeur inconnus. Coll. Serge Dewel.

On retrouve aussi le bâtiment, pris sous un angle assez proche de celui de la photographie d’Ilg, dans le livre de Lincoln de Castro, publié à Milan en 1915 chez Fratelli Treves, Nella Terra dei Negus, fig. 72, T1. Je remercie Francis Falceto qui me l’a signalé. Je remercie également Derge Dewel et Serge Magallon pour les échanges d’informations et d’idées autour de ce bâtiment disparu.

La légende précise : « Le pavillon d’honneur de la reine ». On revoit l’échelle de nos grimpeurs et l’on voit mieux, à l’extrême droite de l’image, une porte basse existant dans le mur d’enceinte et, derrière le mur, ce qui est probablement un toit que l’on devinait à peine sur l’image du fonds Ilg (VMZ_800_22_004). La photographie montre aussi – c’est intéressant – une dizaine de personnes montant les marches du pavillon.

Castro-pavillon

in Lincoln de Castro, « Nella Terra dei Negus », Fig. 71 et 72, Tome I.

La combinaison des trois images du bâtiment, prises sous des angles de vue complémentaires, permet une compréhension élargie de l’espace où il se situait.

comparaison-pavillon

Cette restitution se précise d’autant mieux qu’une autre photographie, reproduite en fig. 71 du De Castro, montre le deuxième bâtiment visible en arrière-plan de la carte postale et désigné ici comme « le pavillon impérial que Ménélik a fait construire, œuvre de l’ingénieur Capucci »4. Ce bâtiment, la chambre à coucher de l’empereur, était relié à un oratoire dont on voit ici un premier état avant qu’il ne soit transformé et devienne le bâtiment que l’on connaît aujourd’hui (actuellement en restauration), caractéristique par sa structure complexe d’escaliers et de passerelles couvertes et par la forme de la toiture, qui lui a donné son nom : Enqulal bet, « la maison de l’œuf ». Le dernier étage abritait la « chambre du télescope » de laquelle Ménélik pouvait observer l’ensemble de la ville.

Sacchi

Deux photographies p. 56 du livre de Livio Sacchi, Architectural Héritage in Ethiopia, Skira, 2012, montrent clairement les deux états successifs de l’oratoire. Je pense pour ma part qu’il n’a pas été construit en 1890 mais vers 1893, un incendie ayant détruit une grande partie du Gebbi en 1892.

Sacchi-2

L’ensemble de ces images, si on les met en perspective d’autres photographies connues du Gebbi, permet de situer l’emplacement du Pavillon de la reine, aujourd’hui détruit. Ce qui constitue un élément intéressant en vue de dresser un plan du Gebbi à la fin des années 1890, document qui fait actuellement défaut.

De même il serait intéressant de rassembler une information complète sur l’ensemble des portes du Gebbi. Livio Sacchi en dénombre sept, au nombre desquelles Itegue ber, « la porte de la reine », qui pourrait bien être celle de notre photographie.

Enfin, il serait avantageux d’identifier l’auteur de la photographie reproduite sur la carte postale légendée en rouge, ainsi que son éditeur. Jean Adolphe Michel ?

Gebbi

Détail du plan d’Addis Abeba publié dans l’« Atlas de la Chronique du Règne de Ménélik II, Roi des rois d’Éthiopie », de Guèbrè Sellasié, publiée et annotée par Maurice de Coppet, 1930.

Notes

  1. Le mot Gebbi désigne en amharique la palissade qui constitue une enceinte fortifiée. Par extension, il est pris comme l’ensemble du palais impérial construit à partir de 1886 sur la meilleure colline de Finfine .
  2. C’est ainsi qu’ils sont nommés sur une légende manuscrite portée par Fanny Zwicky-Ilg, la fille d’Alfred et Fanny, dans les années 1970 sur un autre cliché les représentant. On les retrouve sur plusieurs photographies devant et dans la maison des Ilg. 
  3. Vraisemblablement une seule pièce, selon la tradition architecturale éthiopienne, mais ils se pourrait que sous l’influence d’architectes étrangers, comme le montre manifestement le style de ce pavillon, il y ait eu plusieurs pièces. 
  4. De Castro attribue ici à Capucci la construction de la résidence du palais. Nous disposons d’assez peu d’informations sur le rôle exact dévolu à Alfred Ilg dans cette construction (superviseur ?) et sur les contributions faites par des architectes étrangers, arméniens ou indiens, comme le laisse penser la décoration de la porte de l’Adérache.

Où se procurer le livre ?

Vous pouvez commander le livre (Carte Bleue ou  Paypal) ou envoyer un chèque de 39,90 € TTC à l’ordre de : AMARNA PRODUCTION, 40 rue Pierre Brossolette, 92500 Rueil-Malmaison. Les frais de port sont offerts en France métropolitaine (Colissimo) et dans le monde entier (envoi Livres & Brochures).  

Commande possible chez votre libraire ou sur Amazon.fr

Télécharger la fiche du livre :

Un Train en Afrique