27 mai 1891

Depuis l’ouverture de l’exposition ALFRED ILG. UN SUISSE EN ABYSSINIE à Charleville-Mézières samedi dernier, je lis Rimbaud : ses œuvres d’abord, sa correspondance et, ce qui est indissociable, je regarde, en rapport avec ses écrits, sa biographie. Le 27 mai 1891, à l’hôpital de la Conception de Marseille, Arthur Rimbaud est amputé de la jambe droite.

Le 30 mai, il écrit au ras Mékonène, gouverneur du Harar :

Excellence,

Comment vous portez-vous ? Je vous souhaite bonne santé et complète prospérité. Que Dieu vous accorde tout ce que vous désirez. Que Dieu vous accorde tout ce que vous désirez. Que votre existence coule en paix.

Je vous écris ceci de Marseille en France. Je suis à l’hôpital. On m’a coupé la jambe il y a six jours. Je vais bien à présent et dans une vingtaine de jours je serai guéri.

Dans quelques mois je compte revenir au Harar, pour y faire du commerce comme avant, et j’ai pensé à vous envoyer mes salutations.

Agréez les respects de votre dévoué serviteur

RIMBAUD.

Ce tableau de Joseph Garibaldi, signalé par Jacques Bienvenu dans son blog, montre le vieux port de Marseille tel qu’a pu le voir Arthur Rimbaud lors de ses voyages.

vieux port

Joseph Garibaldi, « Effet d’orage sur le Vieux-Port », DR Fondation Regards de Provence.

Alfred Ilg à Charleville-Mézières

vernissage1

© Serge Dewel, 2016.

L’exposition ALFRED ILG. UN SUISSE EN ABYSSINIE a été inaugurée samedi à Charleville-Mézières. Elle est visible jusqu’au 2 octobre 2016, à l’Auberge verte, salle des expositions temporaires du musée Arthur Rimbaud, juste à côté du moulin (entrée gratuite).

Elle est produite par la Ville de Charleville-Mézières — Musée Arthur Rimbaud, en partenariat avec le musée d’Ethnographie de l’Université de Zurich, et l’ambassade de Suisse en Éthiopie. Avec le concours du Centro di Ricerca e Archiviazione della Fotografia, Spilimbergo et de de l’Eidgenössische Technische Hochschule, Zürich. Avec la participation de Bernhard Ilg, Felix Ilg, la famille Chefneux, Serge Dewel, Francis Falceto, Serge Magallon, Elisabeth Biaso, Peter Gerber, Ulf Lindhal.

Scénographie et montage : Hugues Fontaine assisté par l’équipe scientifique du musée, Carole Marquet-Morelle, David Nicolas et Laetitia Dehoul ainsi que par l’équipe technique du musée, Jean-Marc Dumay, Youcef Mezrara. Avec la participation des services de la Ville de Charleville-Mézières et d’Ardenne Métropole (Centre Technique Bâtiment, Service Communication, Direction des services de l’Information). Production déléguée : Amarna Production.

Remerciements particuliers à Andrea Semadeni, Anne-Béatrice Bullinger, Laura Schweizer, Mareile Flitsch, Alexis Malefakis, Salomé Guggenheimer, Kathrin Leuenberger, la famille Zwicky, Alain Tourneux, Monica Bussmann, Serge Dewel, Serge Magallon, Francis Falceto, André Carénini, Prof. Bairu Tafla, Prof. Shiferaw Bekele, Walter Liva, Lara Zilli, Elisabeth Biaso, Peter Gerber, Hans Brunschweiler, Gregor Murbach, Christoph Kuhn, Fasil Giorghis, Éloi Ficquet, Alain Gascon, Marc Fontrier, Marie-José Tubiana, Wolbert G. C. Smidt, Séverine Dessajan.

Commissariat d’exposition : Hugues Fontaine.

exposition-CM-1w

© Hugues Fontaine 2016

exposition-CM-2w

© Hugues Fontaine 2016

exposition-CM-3w

© Hugues Fontaine 2016

exposition-CM-4w

© Hugues Fontaine 2016

Invitation en bord de Meuse. Alfred Ilg et Rimbaud

carton-web

La Ville de Charleville-Mézières, en partenariat avec le Musée d’Ethnographie de l’Université de Zurich, présente du 21 mai au 2 octobre 2016 une exposition retraçant les 28 années de la vie de l’ingénieur Alfred Ilg dans ce que l’Europe nomme alors l’Abyssinie, l’Éthiopie des hautes terres. ALFRED ILG. UN SUISSE EN ABYSSINIE.

Ilg et Rimbaud se rencontrent pour la première fois à Entotto au printemps 1887. Après quatre mois d’une marche éprouvante à travers les déserts et la montagne, Rimbaud est arrivé à Ankober, où il pense trouver le roi Ménélik II à qui il vient livrer la caravane de fusils et de cartouches dont la commande avait été passée à Labatut, mort entretemps. À Ankober, Rimbaud est en butte aux « soi-disant créanciers de Labatut », dont le nombre ne cesse de croître. Il gagne ensuite Entotto, où il se confronte à la malice du roi qui vient de prendre Harar et avec elle tout un arsenal d’armes modernes dont les Britanniques avaient pourvu la ville. Dans ces circonstances, Ménélik refuse de payer à Rimbaud le prix convenu pour des armes qu’il juge obsolètes et se déclare à son tour créancier de Labatut.  Alfred Ilg, qui a alors l’oreille du roi, prend la défense de Rimbaud et intercède en sa faveur.

Ilg retrouve Rimbaud à Aden en novembre 1888, alors qu’il se rend en Suisse. Tous deux partagent l’idée de construire pour le roi une fabrique de fusils et de cartouches. Tandis que Rimbaud reçoit une série de réponses contradictoires des autorités françaises auprès desquelles il a demandé l’autorisation d’importer ce matériel, et qu’il abandonne le projet, Alfred Ilg, lui, introduit en contrebande par Zeilah, les pièces d’une machine qu’il fait passer pour une presse monétaire. Montant au Choa, Ilg passe un mois et demi à Harar, hébergé chez Rimbaud, avant de réussir à rassembler une nouvelle caravane. Il convient avec son hôte d’être son correspondant sur les hautes terres et emporte avec lui, en plus des siennes, les marchandises de Rimbaud. Une correspondance commencée en janvier 1888, tandis qu’Alfred Ilg séjourne à Zurich, se poursuit jusqu’en mars 1891.

Lettre-Ilg-Rimbaud

Lettre autographe d’Alfred Ilg à Arthur Rimbaud, 23 août 1890, Antotto, MRMV – 278 (34).

De passage à Harar en juillet 1891, Ilg s’étonne de ne pas trouver Rimbaud, qui a quitté la ville pour se faire soigner à Aden. Ilg n’apprendra que plus tard la mort à Marseille de celui dont il ne savait rien de la vie passée – ce dont il informe Zimmermann et Appenzeller de façon très laconique dans une lettre du 9 mars 1892 : « Comme j’ai appris par M. Chefneux, M. Rimbaud et M. Deschamps sont morts ».

Le vernissage aura lieu le samedi 21 mai à 17h00 en bord de Meuse, dans la salle des expositions temporaires du nouveau Musée Rimbaud, l’Auberge verte. Commissariat : Hugues Fontaine.

Alfred Ilg. Un Suisse en Abyssinie 1878 – 1906

Affiche-Charleville

Le Musée Arthur Rimbaud de Charleville-Mézières présente du 21 mai au 2 octobre 2016 l’exposition : ALFRED ILG. UN SUISSE EN ABYSSINIE (commissariat Hugues Fontaine).

Salle des expositions temporaires de L’Auberge verte, Ile du Vieux-Moulin, entrée gratuite du mardi au dimanche, 10-12h et 14-18h.

L’exposition présente les vingt-huit années (1878-1906) que l’ingénieur suisse Alfred Ilg passa en Éthiopie, que l’on appelait alors en Europe : l’Abyssinie.

Sont exposées une soixantaine de photographies choisies parmi le millier de clichés que conserve aujourd’hui le Musée d’ethnographie de l’Université de Zurich et qui constituent le fonds Ilg. Les tirages sont produits à partir de nouvelles numérisations de la collection des plaques de verre négatives, réalisées par le musée à l’occasion de la commémoration du centième anniversaire de la mort d’Alfred Ilg.

Deux diaporamas offrent à voir aussi de très nombreuses plaques stéréoscopiques, ainsi que des photographies de quelques-uns des 600 objets ethnographiques qu’Alfred Ilg a rapportés d’Éthiopie (merci à Elisabeth Biasio et Peter Gerber).

Ces images viennent d’être montrées à Addis Abeba, au Musée d’Art moderne, en partenariat avec le Goethe-Institut dans une production de l’ambassade de Suisse en Éthiopie (commissariat Hugues Fontaine) : Alfred Ilg. L’Ingénieur et le Roi.

Addis

Addis Abeba. Vue sur le palais du roi (Gebbi) avec foule. N° inv : 800.07.005. Avec l’aimable autorisation et © Musée d’ethnographie de l’Université de Zurich.

On y verra aussi, ce qui n’avait pas été montré à Addis Abeba, 4 tables de documents originaux : gravures parues dans les journaux d’époque, mais surtout un ensemble remarquable de cartes postales (véritables cartes photographiques ou cartes reproduites le plus souvent par phototypie) qui complètent la représentation que nous pouvons nous faire tant du roi Ménélik II que des lieux que fréquenta Alfred Ilg.

Certaines m’ont servi dans le travail d’identification des photographies du fonds Ilg. Les lecteurs du blog en connaissent quelques-unes, qui ont fait l’objet de billets. Beaucoup sont inédites et valent, en plus des photographies de la collection Ilg, qu’on fasse le voyage.

Je remercie chaleureusement Serge Dewel, Serge Magallon, Francis Falceto et André Carenini, qui ont bien voulu prêter des cartes exceptionnelles qui s’ajoutent à celles de ma collection et enrichissent considérablement l’exposition.

Cie-du-Chemin-de-fer

« Arrêt d’un train dans les Plaines d’Abyssinie ». Carte postale reproduite en phototypie. E Lacour. Marseille. Coll. Serge Dewel.

Cie-du-Chemin-de-fer-vo

« Arrêt d’un train dans les Plaines d’Abyssinie » (verso). Plusieurs oblitérations, avril 1905. Coll. Serge Dewel.

Enfin, est évidemment évoquée la relation qui lia Alfred Ilg et Arthur Rimbaud entre leur première rencontre à Entotto lorsque Rimbaud vient livrer au roi les armes et munitions de la caravane Labatut au printemps 1887 et la dernière lettre qu’Ilg écrit à Rimbaud le 15 mars 1891 peu avant que Rimbaud ne quitte Harar pour Aden, où il s’embarquera pour Marseille, la jambe malade.

Ilg-a-Rimbaud

Lettre autographe d’Alfred Ilg à Arthur Rimbaud, 26 octobre 1889, Antotto, MRMV – 280 (24).

Le Pavillon de la reine

VMZ_800_22_004

Négatif noir et blanc sur plaque de verre au gélatino-bromure d’argent, format 9 cm x 12 cm. Photographie Alfred Ilg. VMZ_800_22_004. Avec l’aimable autorisation et © Musée d’ethnographie de l’Université de Zurich. Tous droits réservés.

Le processus d’identification des photographies du fonds Ilg prend du temps. Il nécessite de rassembler des informations à partir de la littérature disponible et de croiser d’autres sources iconographiques. La photographie inventoriée VMZ.800.22.004 en est un bon exemple. Il montre aussi comment l’étude d’une image conduit, par celle se son contexte, à d’autres découvertes.

Le cliché présente un bâtiment du palais impérial d’Addis Abeba (Gebbi) 1 aujourd’hui complètement disparu. On y voit, posant sur les marches, deux couples d’Européens, et trois Éthiopiens. Un Éthiopien, vêtu d’un shamma, porte une ombrelle. Les deux autres sont juchés sur le toit, à côté d’une échelle par laquelle ils ont vraisemblablement grimpé.

echelle

Les Européens sont, de gauche à droite, la femme d’Alfred Ilg, Fanny née Gattiker ; un couple désigné comme « les Gattiker »2  ; un homme portant moustache qui pourrait être Alfred Ilg, mais je ne le pense pas (il paraît plus jeune).

personnages

Le bâtiment est à cheval sur un mur d’enceinte, composé pour sa partie avant d’une structure en bois assez gracieuse et qui a manifestement une fonction de représentation, et pour sa partie arrière d’une pièce, pourvue de fenêtres3 . On accède à l’intérieur de ce pavillon par deux séries de marches qui poursuivent à droite et à gauche le perron où se tiennent les personnages. En éclaircissant la partie sombre de cette photographie, on découvre un espace qui précise la fonction de représentation déjà pressentie : il s’agit d’une terrasse équipée d’un garde-corps en bois ouvragé qui permet de se tenir debout tourné vers l’extérieur ou d’être vu.

perron

Une carte postale donne à voir ce même pavillon, mais photographié sous un autre angle, ce qui permet de découvrir un deuxième bâtiment en arrière-plan, à demi dissimulé par une haie d’arbres. Les légendes, imprimées en rouge, disent : « Addis Ababa. Palais de l’empereur ».

palais_de_lempereur

Carte postale. Addis Ababa. Palais de l’empereur. Photographe, date et éditeur inconnus. Coll. Serge Dewel.

On retrouve aussi le bâtiment, pris sous un angle assez proche de celui de la photographie d’Ilg, dans le livre de Lincoln de Castro, publié à Milan en 1915 chez Fratelli Treves, Nella Terra dei Negus, fig. 72, T1. Je remercie Francis Falceto qui me l’a signalé. Je remercie également Derge Dewel et Serge Magallon pour les échanges d’informations et d’idées autour de ce bâtiment disparu.

La légende précise : « Le pavillon d’honneur de la reine ». On revoit l’échelle de nos grimpeurs et l’on voit mieux, à l’extrême droite de l’image, une porte basse existant dans le mur d’enceinte et, derrière le mur, ce qui est probablement un toit que l’on devinait à peine sur l’image du fonds Ilg (VMZ_800_22_004). La photographie montre aussi – c’est intéressant – une dizaine de personnes montant les marches du pavillon.

Castro-pavillon

in Lincoln de Castro, « Nella Terra dei Negus », Fig. 71 et 72, Tome I.

La combinaison des trois images du bâtiment, prises sous des angles de vue complémentaires, permet une compréhension élargie de l’espace où il se situait.

comparaison-pavillon

Cette restitution se précise d’autant mieux qu’une autre photographie, reproduite en fig. 71 du De Castro, montre le deuxième bâtiment visible en arrière-plan de la carte postale et désigné ici comme « le pavillon impérial que Ménélik a fait construire, œuvre de l’ingénieur Capucci »4. Ce bâtiment, la chambre à coucher de l’empereur, était relié à un oratoire dont on voit ici un premier état avant qu’il ne soit transformé et devienne le bâtiment que l’on connaît aujourd’hui (actuellement en restauration), caractéristique par sa structure complexe d’escaliers et de passerelles couvertes et par la forme de la toiture, qui lui a donné son nom : Enqulal bet, « la maison de l’œuf ». Le dernier étage abritait la « chambre du télescope » de laquelle Ménélik pouvait observer l’ensemble de la ville.

Sacchi

Deux photographies p. 56 du livre de Livio Sacchi, Architectural Héritage in Ethiopia, Skira, 2012, montrent clairement les deux états successifs de l’oratoire. Je pense pour ma part qu’il n’a pas été construit en 1890 mais vers 1893, un incendie ayant détruit une grande partie du Gebbi en 1892.

Sacchi-2

L’ensemble de ces images, si on les met en perspective d’autres photographies connues du Gebbi, permet de situer l’emplacement du Pavillon de la reine, aujourd’hui détruit. Ce qui constitue un élément intéressant en vue de dresser un plan du Gebbi à la fin des années 1890, document qui fait actuellement défaut.

De même il serait intéressant de rassembler une information complète sur l’ensemble des portes du Gebbi. Livio Sacchi en dénombre sept, au nombre desquelles Itegue ber, « la porte de la reine », qui pourrait bien être celle de notre photographie.

Enfin, il serait avantageux d’identifier l’auteur de la photographie reproduite sur la carte postale légendée en rouge, ainsi que son éditeur. Jean Adolphe Michel ?

Gebbi

Détail du plan d’Addis Abeba publié dans l’« Atlas de la Chronique du Règne de Ménélik II, Roi des rois d’Éthiopie », de Guèbrè Sellasié, publiée et annotée par Maurice de Coppet, 1930.

Notes

  1. Le mot Gebbi désigne en amharique la palissade qui constitue une enceinte fortifiée. Par extension, il est pris comme l’ensemble du palais impérial construit à partir de 1886 sur la meilleure colline de Finfine .
  2. C’est ainsi qu’ils sont nommés sur une légende manuscrite portée par Fanny Zwicky-Ilg, la fille d’Alfred et Fanny, dans les années 1970 sur un autre cliché les représentant. On les retrouve sur plusieurs photographies devant et dans la maison des Ilg. 
  3. Vraisemblablement une seule pièce, selon la tradition architecturale éthiopienne, mais ils se pourrait que sous l’influence d’architectes étrangers, comme le montre manifestement le style de ce pavillon, il y ait eu plusieurs pièces. 
  4. De Castro attribue ici à Capucci la construction de la résidence du palais. Nous disposons d’assez peu d’informations sur le rôle exact dévolu à Alfred Ilg dans cette construction (superviseur ?) et sur les contributions faites par des architectes étrangers, arméniens ou indiens, comme le laisse penser la décoration de la porte de l’Adérache.

Michel Bourgeat 1912 – Un voyageur sur la ligne

par Axel Baudouin

Axel Baudouin m’a adressé ces photographies que son grand-père, Michel Bourgeat, a prises du chemin de fer, photographies dont une partie a malheureusement été détruite. Il y ajoute des extraits des lettres que le voyageur a envoyées à son épouse. « En mettant ces images et ces fragments de lettres sur le site d’Un Train en Afrique, m’écrit-il, j’espère qu’il sera possible d’identifier certains des personnages figurant sur ces images et de recevoir des informations sur les gens cités dans les lettres. Certains comme Caboche, Valz et le vice-consul sont connus, mais qui sont les autres dans ce petit milieu d’expatriés liés à la construction du chemin de fer ? »

Michel Bourgeat était allé en Éthiopie pour une mission commerciale en liaison avec M. Trouillet à Addis Abeba. Les contacts que Michel Bourgeat a eus avec les gens du chemin de fer se sont produits quand, sur la route du retour vers Djibouti, il arrive à Gota le 13 mars 1912 et en repart pour Diré-Daoua le 15 avec le train de service de la compagnie.

Au sujet de Gota, je rappelle les cartes postales de la Collection Gerard, dont l’auteur présumé est Alexandre Marchand, lui aussi présent sur la ligne à cette date (il travaille sur le tronçon B). Axel n’a cependant pas trouvé mention du nom d’Alexandre dans les lettres de Michel Bourgeat. Voir ce billet et celui-ci. Voir également le billet sur l’ingénieur Chimansky.

Michel Bourgeat 1912 – Un voyageur sur la ligne

gota-marmara-4-2JPG

Janvier à mars 1912

Depuis plus de 50 ans, j’avais une image du passage de Michel Bourgeat en Éthiopie. C’était une copie sur papier d’un Européen en train de faire son courrier sur le dos d’un éthiopien. Cette image quelque peu choquante révèle la hiérarchie des rapports sociaux établis entre Européens et « indigènes » à leur service. Le cliché était pris le long d’une voie ferrée, probablement dans une gare, quelque part sur la ligne en construction de Diré-Daoua à Addis Abeba alors qu’elle n’atteignait que Gota. C’est une des images, prises par Michel Bourgeat, qui nous sont parvenues ; rescapées des archives familiales. Certaines étaient sur papier et quelques-unes des négatifs sur plaques de verre.

Michel Bourgeat est un négociant en mission auprès du gouvernement éthiopien. Il est parti de Paris le 4 janvier et arrivé à Djibouti le 19 janvier. Il se rend à Diré-Daoua par le train. De là, c’est à pied et à dos de mulet ou de cheval qu’il ira jusqu’à Addis Abeba et reviendra. Au retour il rejoint la ligne en construction vers Gota. À Errer, il rejoint Diré-Daoua par le train de service et continue quelques jours plus tard pour Djibouti. Les derniers jours de son voyage, il rencontre un certain nombre de ses compatriotes « expatriés ». Il prendra ensuite le bateau pour Aden où il rejoindra le paquebot Moréa pour retourner à Marseille. Tout au long de son voyage, il écrira quasiment chaque jour à sa femme.

J’ai fait un récent commentaire de ces lettres : Axel Baudouin, 2015, Letters from Abyssinia- Michel Bourgeat to his wife Renée- January to March 1912. 15 p. Communication présentée à la 19e. Conférence internationale des études éthiopiennes, 25 aout, Varsovie.

Lettre du 19 janvier 1912 — Djibouti

« Nous partons demain à 6 heures du matin et serons à Diré-Daoua à 2 heures 30 de l’après-midi »

Après quelques jours d’attente à Diré-Daoua pour organiser comment continuer vers Addis Abeba il raconte sa première étape de Djibouti à Diré-Daoua.

Lettre du 25 janvier — Diré-Daoua

Lorsque le train s’est mis en marche, le soleil commençait à se lever. Il faisait froid à partir du km. 50, par ce que la ligne en montant de 1 m. à Djibouti à 1200 m à Diré-Daoua. J’ai dû me réfugier dans le fourgon et sortir mes deux couvertures de ma malle. Pendant les 80 premiers kilomètres, on voit le long de la ligne les tombes formées par des tas de pierres des ouvriers tués dans les campements pendant la nuit par les Somalis. Ceux-ci, chameliers pour la plupart se voyaient privés de leurs moyens d’existence par la création de la ligne : d’ailleurs comme les Danakils ils tuent pour le plaisir de tuer, pour eux autant d’assassinats, autant de titres de gloire.

La ligne se divise en deux parties. Djibouti à Adagalla et Adagalla à Diré-Daoua. La première traverse d’abord une suite de hauts plateaux broussailleux aux oueds desséchés où l’on ne voit que quelques rares troupeaux de Somalis nomades et presque pas d’habitation. Tous les 10 km. 4 ou 5 cases misérables… une région volcanique très curieuse. De hautes montagnes de lave noire, absolument nues, de temps en temps dans la plaine quelques buissons… passage du train les groupes de gazelles ou les chacals.

À Adagalla où on arrive vers midi, un bon buffet tenu par un grec, bonne cuisine et chose très rare dans ce pays, parfaite propreté. Après une grande plaine parsemée de fourmilières géantes qui se prolonge jusqu’à Diré-Daoua. À partir de 11 heures, nous avons eu extrêmement chaud. Le thermomètre monte couramment à 50 degrés quelquefois jusqu’à 70 degrés C.

Il y a six ou sept stations entre Djibouti et Diré-Daoua. …sur le territoire français, quatre en Abyssinie. Des bandes de gamins courent près des trains en criant « à la mer » en faisant des courbettes. Si on fait mine de les photographier, ils prennent la fuite comme une volée de moineaux, car il paraît que d’être photographié cela fait mourir. En usant de ruse, j’ai pu prendre deux ou 3 clichés. Les passants sur le bord de la voie, armés de lances : leurs huttes qui entourent les gares sont misérables, quelques piquets couverts de broussailles au milieu d’un cercle formé par un mur de pierres placées les unes sur les autres, d’une hauteur de cinquante centimètres. Les Somalis sont très nomades, ils vont là où il y a de l’herbe, dès qu’il n’y en a plus, ils vont autre part.

Bourgeat-124-2

Bourgeat-108-2

Cette région est dit-on la plus désolée du monde. Nous sommes arrivés à Diré-Daoua à 3 heures.

Ensuite, au départ de Diré-Daoua il prendra le train pour quelques kilomètres.

Arrivé à Ourso le 31 janvier il écrit : « Ma caravane est partie de Diré-Daoua hier à midi : Je l’ai rejointe ici, aujourd’hui à 3 heures et demie en prenant le train partant de Diré-Daoua à 2 heures. La distance entre Dire-Daoua et Ourso est de 27 km. Le train ne s’arrête pas, on voyage sur des plateformes à ballast, les indigènes assis sur le plancher, les Européens sur des bancs très rudimentaires. La ville-station d’Ourso se compose de 3 cabanes en bois habitées par 2 Français employés du chemin de fer. »

gota-marmara-1-2

gota-marmara-tog-3-2

Au retour d’Addis Abeba le 12 mars il rejoint le chantier de construction de la ligne :

Après Karaba, rencontre de la tranchée du chemin de fer. Le 13 mars à 10 h arrivée à Goter (sic). Reçu par M. Mathieu, il n’y a pas de train avant le vendredi 15… je me rends à Herrer (Errer ?). Arrêté en route par Mr et Mme Labadie et Irène qui m’offrent l’hospitalité.

Ses lettres au retour d’Addis Abeba sont devenues très courtes, lacunaires. Elles sont une simple énumération, de style télégraphique, sur des étapes et des gens rencontrés.

En témoignent celles du 14 au 18 mars.

14 mars — 1912. « J’assiste à la pose de la voie. Un train a amené des traverses qui boulonnent les rails Promenade le long du Gota. Retour en draisine. L’après-midi je vais à la pêche, accompagné d’un ascari. Visite du Dr. Beaudros. Gota est à 68 km de Diré-Daoua ».

15 mars — « Départ à 9 h du matin. Changement de train à Errer. Déjeuner chez M. Buchery avec Valz l’entrepreneur. À midi départ. Arrêt de ¾ d’heure à Ourso. Arrivée à 5 h à Diré-Daoua. Dîner avec Regnault, sa femme, Huguet, Barnier, visite à Morsy. »

16 mars — « Déjeuner avec les mêmes. Dîner avec le vice-consul Perrot. Soir au concert avec Guillet le Directeur de la poste et le vice-consul. »

17 mars — « Déjeuner chez le docteur Puchois (?) — diner chez Marsy. Visite à M. Caboche, Directeur de la Cie. »

18 mars — « Départ à 9 h du matin. Arrivée à Djibouti à 5 h. Vigier est à la gare. »

Les photos présentées ici ont été prises le long de la voie, très probablement entre Gota et Diré-Daoua.

Bourgeat-120-2

Celle-ci montre le public, à la gare de Diré-Daoua, qui semble attendre le train de/ou pour Djibouti.

Axel Baudouin, février 2016

Histoire et patrimoine dans la Corne. Programme détaillé

DB-Sina-99-672x372

Église de Debre Sina – peinture murale – Gorgora (© S. Dewel)

Programme détaillé de la Journée d’étude organisée par l’ARESAE et l’INALCO à Paris, le 11 mars 2016 : Histoire et patrimoine dans la Corne.

Programme-détaillé-de-la-JEE-2016

Auditorium de l’INALCO (RdC),  65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris

Vendredi 11 mars 2016, de 09h00 à 12h30 et de 14h00 à 17h30

Contact : serge-­pierre.dewel@inalco.fr

Où se procurer le livre ?

Vous pouvez commander le livre (Carte Bleue ou  Paypal) ou envoyer un chèque de 39,90 € TTC à l’ordre de : AMARNA PRODUCTION, 40 rue Pierre Brossolette, 92500 Rueil-Malmaison. Les frais de port sont offerts en France métropolitaine (Colissimo) et dans le monde entier (envoi Livres & Brochures).  

Commande possible chez votre libraire ou sur Amazon.fr

Télécharger la fiche du livre :

Un Train en Afrique