Impression par phototypie

Scan_HF14032013001

Cette carte postale a été imprimée selon le procédé de la phototypie, grâce auquel on reproduisait au début du siècle dernier les photographies, avec un avantage indéniable sur le procédé offset (qui remplacera plus tard la phototypie), qui est l’absence totale de trame, ce qui offre une qualité de détails et de nuance de gris remarquable.

Il existe un excellent site consacré à la phototypie dont j’extrais ces explications :

« La phototypie est un procédé d’impression aux encres grasses, dont la principale caractéristique est sa possibilité de reproduire des images en demi-teinte sans trame, ce qui la distingue de tous les autres procédés actuels d’imprimerie.

Le procédé repose sur la propriété que possède la gélatine bichromatée lorsqu’elle est insolée avec une lumière ultra-violette de modifier sa structure interne. Les conséquences de cette modification se caractérisent par une possibilité d’encrage sur les parties insolées (en principe au travers d’un négatif photographique), et une répulsion de l’encre sur les parties non insolées de la couche de gélatine, qui demeurent humides lors des opérations d’impression.

Les différentes phases du procédé sont les suivantes :

  1. Préparation des glaces : On assure la bonne adhésion de la gélatine bichromatée à la glace en interposant une première préparation.
  2. On dépose la couche sensible (gélatine + eau + bichromates alcalins) que l’on étuve.
  3. Exposition : Elle se fait dans un châssis, sous un négatif, avec une lumière ultra-violette diffuse.
  4. On lave ensuite à l’eau froide la plaque pour faire dégorger les sels alcalins.
  5. On laisse sécher naturellement – la plaque est prête pour le tirage.
  6. Tirage des épreuves. La plaque est disposée à plat, puis mouillée avec un mélange d’eau et de glycérine.
  7. Elle est ensuite débarrassée de cette solution.
  8. On procède à l’encrage de la plaque à l’aide d’un rouleau. L’encre est retenue dans les parties insolées de l’image, proportionnellement à la quantité de lumière reçue, en laissant apparaître toute la gamme des demi-teintes, avec une précision incomparable !
  9. Il suffit alors d’appliquer la feuille de papier destinée à recevoir cette encre qui constitue l’image, à l’aide d’une presse. »

 

hugfon

Laisser un commentaire