L’Abyssinie d’autrefois – 3

cover

Je poursuis la publication du carnet édité par JA Michel en 1930 : L’Abyssinie d’Autrefois (voir 1 et 2).

De la dixième photo, j’avais déjà parlé ici.

Dans une version précédente (publiée vers 1912), la même photographie (avec un personnage central nettement plus visible) était légendée : Fourré dans une forêt vierge. J’y reviens car cette image assez mystérieuse donne l’occasion d’explorer un pan de la vie de Michel, qui se situe vraisemblablement dans les années 1912 à 1918.

lianes

Fourré dans une forêt vierge

Outre ses activités postales, Michel s’est intéressé à la production de caoutchouc. Ulf Lindahl le mentionne dans l’édition d’octobre-décembre 2008 du Menelik’s Journal (Vol 24, N°4). Judy Swink m’a envoyé plusieurs photographies parmi lesquelles on retrouve celle reproduite en carte postale. La légende inscrite au verso précise que le camp installé en bordure des arbres à gomme (rubber lianes) se situe dans la vallée de l’Omo.

RubberVinesOmoRiver

RubberVinesBack

Wild Rubber Gathering 01

RubberPrep

Wild Rubber Cooking

RubberPrepBack

RubberStaVillage

RubberStaVillageBack

RubberStaView

RubberStaViewBack

Wild Rubber Station Camp

RubberStaTent

RubberStaTentBack

Toutes les photographies : JA Michel, coll. J SWINK

En l’absence d’un texte (journal, registre, comptabilité… dont ne disposons hélas pas), il est difficile de faire parler davantage ces photographies. Il est intéressant toutefois de les rapprocher d’un papier de JM Cornu : Le caoutchouc au Harar dans lequel il est question des espoirs formés par Rimbaud d’exploiter du caoutchouc à partir d’une euphorbe très commune dans la région d’Harar.

Ces essais témoignent des efforts tentés en ce début du siècle pour exploiter le caoutchouc naturel et profiter de la manne que constitue la matière première. Toutefois, la récolte de gomme à partir de végétaux susceptibles de contenir une forme de latex ni la fabrication de caoutchouc n’ont réellement dépassé en Éthiopie le stade de tentatives ou de petites productions artisanales, comme celle de Michel.

À suivre.

Laisser un commentaire