Qui était Alexandre Marchand ?

Alexandre Marchand était en Chine en octobre 1902, au moment où débutent les études topographiques du chemin de fer du Yunnan. La ligne (elle aussi à voie unique et à écartement métrique) relie Lao Cai, sur le Fleuve Rouge aux confins du Tonkin et de la Chine, à Yunnan Fou (aujourd’hui Kunming), capitale de la province chinoise du Yunnan. Il y reste plusieurs années.

Alexandre Marchand a-t-il été ingénieur des Ponts ou topographe ? Cette photographie est peut-être un autoportrait fait en Chine.

Alexandre-Marchand

Autoportrait en Chine ? Coll. Yvon Velot

Ce dont on peut être sûr, c’est que Marchand est un excellent photographe, comme en témoignent les photographies qu’il a prises dans le Yunnan puis en Éthiopie, et à Djibouti, sur la Côte française des Somalis. Scènes de rues, portraits posés, paysages, il excelle dans ces différents genres et multiplie les prises de vues.

Djibouti

Djibouti. Coll. Yvon Velot

Entre 1911 et 1913, Alexandre Marchand travaille à Diré Daoua (Dire Dawa) à la construction du Chemin de fer franco-éthiopien. C’est l’époque de la construction du tronçon B, qui va relier Diré Daoua à la capitale, Addis Abeba.

Plusieurs cartes postales qu’il a signées permettent de retracer son parcours en Éthiopie. Il échange une correspondance avec ses cousins, les Rousseau, qui sont quincaillers à Meulan.

Le 9 juillet 1913, Marchand écrit de Djibouti à son ami François Joseph Crucière : « Au moment d’embarquer, un grand et amical souvenir avant d’avoir le plaisir d’en échanger d’autres avec vous, de vive voix ». Il rentre en France.

MARCHAND-Alexandre-Carte-postale-Djibouti-19130709-Verso-120515s

Comme tant de jeunes gens, Marchand a été tué pendant la Première Guerre mondiale.

Si par chance vous saviez quelque chose de lui, écrivez-moi SVP.

 

hugfon

Laisser un commentaire