Zoomer dans une image : du point et du bougé

J’ai publié le 21 avril dernier la photographie du Pavillon de la reine (VMZ_800_22_004) en signalant que l’on voyait plusieurs personnages photographiés sur les marches du bâtiment : Fanny Gattiker-Ilg et un couple, les Gattiker, qui étaient également présents sur d’autres photographies du fonds Ilg. L’examen de ces occurrences est prétexte à examiner quelques autres photographies de la collection Ilg, avec l’aimable autorisation du musée d’ethnographie de l’Université de Zurich. Et de s’intéresser en particulier à ce qui se passe quand on entre dans les images.

Cette photographie est actuellement montrée en grand format (120 x 160 cm) au musée Arthur Rimbaud de Charleville-Mézières dans l’exposition Alfred Ilg Un Suisse en Abyssinie.

VMZ_800_22_004

Négatif noir et blanc sur plaque de verre au gélatino-bromure d’argent, format 9 cm x 12 cm. Photographie Alfred Ilg. VMZ_800_22_004. Avec l’aimable autorisation et © Musée d’ethnographie de l’Université de Zurich. Tous droits réservés.

personnages

VMZ_800_22_004 détail.

Sur une autre photographie, prise à l’intérieur du domicile des Ilg (chacun des époux Ilg est à une extrémité de la table), on retrouve la jeune femme à l’ombrelle, assise maintenant à la table des Ilg, avec trois autres hommes européens, dont un, barbu, qui rappelle celui qui se tient sur la plus haute marche du perron, avec un chapeau sur la tête. À la droite se tient un serviteur.

VMZ_800_22_013

VMZ_800_22_013. Avec l’aimable autorisation et © Musée d’ethnographie de l’Université de Zurich, Suisse (Völkerkundemuseum der Universität Zürich, Schweiz). Tous droits réservés.

On revoit la même jeune femme sur une autre photographie, un peu floue (la vue est prise en intérieur, donc avec une quantité de lumière moindre ; le photographe — peut-être Ilg lui-même, puisqu’il est absent cette fois de l’image — a pu faire bouger l’appareil en déclenchant la prise). Derrière se tient un autre personnage, debout, dont la silhouette évoque celle du jeune homme présent à droite des marches sur la photographie du Pavillon de la reine VMZ_800_22_004. Il a probablement pris le cliché précédent.

VMZ_800_22_014

VMZ_800_22_014. Avec l’aimable autorisation et © Musée d’ethnographie de l’Université de Zurich, Suisse (Völkerkundemuseum der Universität Zürich, Schweiz). Tous droits réservés.

J’ignore qui sont les trois hommes assis.

VMZ_800_22_013-detail

VMZ_800_22_013 détail.

On observera que le point est fait, derrière les personnages, sur un modèle réduit de locomotive posé devant la fenêtre qui intègre deux cadrans : une horloge, un baromètre (?) et un gyroscope (?).

horloge-VMZ_800_22_013

VMZ_800_22_013 détail.

Ce sont apparemment les quatre mêmes personnes que dans la VMZ_800_22_004 que l’on voit chevauchant dans un paysage d’Addis Abeba. Cette photographie est également présentée en grand format à Charleville-Mézières.

M4B

Avec l’aimable autorisation et © Musée d’ethnographie de l’Université de Zurich, Suisse (Völkerkundemuseum der Universität Zürich, Schweiz). Tous droits réservés.

On en retrouve trois devant la maison des Ilg, avec Fanny tenant une ombrelle. On sait grâce à la présence de l’Adérache clairement visible sur la colline du Gebbi que la photographie est postérieure à 1897 (je reviendrai une autre fois sur la datation de ce bâtiment).

VMZ_800_14_005

VMZ_800_14_005. Avec l’aimable autorisation et © Musée d’ethnographie de l’Université de Zurich, Suisse (Völkerkundemuseum der Universität Zürich, Schweiz). Tous droits réservés.

detail VMZ.800.14.005

VMZ_800_14_005 détail.

Enfin, une image du fonds Ilg, légendée par Fanny, la fille d’Alfred Ilg donne un élément de réponse : « Herr und Frau Ilg. Otto Gattiker u. Frau. Ca 1900, Addis Abeba Foto Ilg. » Il s’agit du frère de Fanny Gattiker-Ilg, l’épouse d’Alfred Ilg.

VMZ_346_04_047_web

VMZ 346.04.047. Avec l’aimable autorisation et © Musée d’ethnographie de l’Université de Zurich, Suisse (Völkerkundemuseum der Universität Zürich, Schweiz). Tous droits réservés.

VMZ_346_04_047_web_detail

VMZ 346.04.047 détail.

Un troisième grand tirage montré à Charleville-Mézières suggère un autre type d’exploration, pour le plaisir et la curiosité : découvrir ce qui est déposé sur les tables du roi (il existe cinq images du dîner dans les appartements du roi) et des Ilg : boissons, friandises…, ces délicatesses offertes lors d’une réception. De quoi disposait-on à Addis Abeba à la fin des années 1890 ?

VMZ_346_22_060

VMZ 346.22.060. Avec l’aimable autorisation et © Musée d’ethnographie de l’Université de Zurich, Suisse (Völkerkundemuseum der Universität Zürich, Schweiz). Tous droits réservés.

Ces deux séries de photographies montrant l’intérieur de la résidence du roi et celle du salon de la maison des Ilg offrent toutes deux des images d’une intimité en représentation. Elles témoignent en particulier pour les images du salon du roi de la remarquable familiarité qu’avait Alfred Ilg avec Ménélik et il est amusant de constater que, dans des conditions de lumière similaires, Ilg a su capter dans les appartements du roi une atmosphère moins guindée que chez lui, saisir des personnages qui semblent moins poser pour la photographie qu’être saisis sur le vif.

hugfon

2 commentaires » Ecrire un commentaire

  1. Analyse d’image bien intéressante… L’« addarash » et les eucalyptus sont deux excellents paramètres de datation des photographies d’Addis Abäba à l’époque de Menilek.

    • Tu as raison Serge, et pour les vues de la ville — dont le fonds Ilg nous offre, c’est une chance, un nombre important d’exemples — et pour sa propre maison devant la véranda de laquelle ont été plantés opportunément plusieurs eucalyptus. Pour sa maison d’Entotto, les marqueurs chronologiques sont les ensete. Il faut dans l’un et l’autre cas tenir compte de leur vitesse et caractéristiques respectives de croissance. C’est assez empirique, mais donne quand même une idée. J’avais eu une discussion à ce sujet avec le Prof. Masayoshi Shigeta, qui connaît bien ce sujet du « faux bananier » d’Éthiopie.

Laisser un commentaire