Künzli Frères à Zurich

J’avais publié ici cette carte représentant la maison qu’occupait Alfred Ilg quand il habitait Entotto.

Abessinien-Entotto-Kunzli

Heribert Küng reproduit une autre photographie de cette maison dans son livre Staatsminister Alfred Ilg (1854-1916): Ein Thurgauer am Hof Kaiser Meneliks II von Athiopien. Il la présente lui aussi comme une carte postale, sans toutefois préciser si l’éditeur est Künzli Frères à Zurich.

Kung Entotto

La même image se trouve dans la biographie d’Ilg par Conrad Keller (p. 41), qui montre que celle du livre de Küng est inversée :

Keller-Entotto
J’ai découvert deux autres cartes éditées par la maison Künzli de la série Abessinien. Elles sont légendées : Aliu-Amba, bedeutender Markplatz in Schoa,

Abessinien-Aliu

et Ankober (Nordseite).

Abessinien-Ankober

Elles portent respectivement les numéros 2240 et 2237 (celle de la maison d’Ilg porte le numéro 2241). Ce qui laisse entendre qu’il en existe quelques autres (au moins une autre vue d’Ankober).

Ajout par Serge Magallon de la 2242 ce matin, après la publication du billet :

Kunzli-2242

Envoi ce soir par Francis Falceto de la 2243 (Francis, qui me signale aussi un livre pour enfants dont une page combine un paysage d’Abyssinie qui a des airs de Suisse avec le portrait de Ménélik II assis sur un trône avec une dépouille de lion, appartenant au fonds Ilg, et le portrait bien connu d’Alfred Ilg en pied – je mets cela dans les commentaires).

Abessinien-2243

On lit dans Notrehistoire.ch : « L’éditeur Künzli Frères & Co est certainement l’une des plus grandes maisons d’édition pionnières dans la production de cartes postales. Son activité a démarré vers 1874. En 1896 ou 1897, Carl Künzli Frères s’installe éditeur à Zürich, mais possède aussi un atelier au 17 rue Richer à Paris. En 1909 l’éditeur à pignon sur rue au 11 et 13 rue du Sentier, toujours à Paris. Dès 1898 les cartes Künzli sont diffusées dans toute l’Europe. »

Dans le fameux article d’Henry Audon publié dans Le Tour du Monde en 1889, 2e semestre, Paris, Librairie L. Hachette et Cie, on retrouve ces mêmes images : la maison de Ilg, comme je l’avais déjà signalé ici,

Audon-Ilgmais aussi Aliu-Amba :

Audon-Aliu

On y trouve aussi deux gravures d’Ankober (voir Künzli 2243) :

Audon-Ankober

Doc Ethiopie

et les environs de Farré.

Audon-Farré

Et enfin une gravure représentant la maison d’Appenzeller à Entotto (cette image existe aussi en carte postale – voir en commentaire) :

Audon-Appenzeller

On peut espérer trouver ces photographies dans la série numérotée chez Künzli et mieux encore, si l’on parvenait à explorer les archives de cette maison, les photographies originales, plaques de verre ou tirages, qui ont servi à l’impression des cartes postales. On peut nourrir le même espoir dans les archives d’Hachette parmi le matériel qui a servi à réaliser les gravures.

Toutes les photographies à partir desquelles ont été réalisées les gravures sont créditées Léon Chefneux.

Un bagage photographique, comme le nommait Rimbaud, était à l’époque fort coûteux et les voyageurs qui emportaient un tel équipement espéraient naturellement en tirer profit. Chefneux, accompagnant Soleillet, Labattut et le Docteur Alfieri en 1882, puis Audon en 1884-85, n´échappe pas à la règle. La reproduction de ces photographies dans Le Tour du Monde ou sous forme de cartes postales indique au moins deux formes d’exploitation commerciale que Chefneux est parvenu à trouver pour ses clichés. Il faudrait disposer des archives commerciales de ces deux entreprises pour savoir à quelles conditions il a pu céder les droits d’exploitation de ses images, comme on dirait aujourd’hui. On connaîtrait aussi mieux son activité de photographe.

“21 octobre [1882]. — Mon compagon, M. Léon Chefneux, possède un appareil photographique. Nous partons dès le matin, en quête de types et de vues. Les habitants sont fort intrigués et quelques incidents comiques se produisent.” (Paul Soleillet, Obok — Le Choa — Le Kaffa. Récit d’une exploration commerciale en Éthiopie. Maurice Dreyfous, Paris, 1886.)

Ajout du 28 mai : Les archives de la société KFZ auraient été détruites lors de sa disparition en 1976 (source). Des recherches menées à la Bibliothèque nationale suisse à Berne et à la Zentralbibliothek Zürich qui conservent quelques archives de l’éditeur de cartes postales n’ont pas permis de retrouver d’images de la série Abessinien. La recherche s’oriente vers d’autres sources (collections privées notamment).

hugfon

15 commentaires » Ecrire un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »